Conseil de Surveillance du 18-10-17 : Mais qu’est devenu l’Appel des salariés du CH Daumézon ?

Rappel des faits …

Lors du précédent Conseil de Surveillance (28/06/2017) les représentants du personnel  avaient remis à la présidente l’appel des salariés signé par 337 professionnels et usagers demandant  la compensation des insuffisances de financement de la reconstruction, ainsi que  des dépenses supplémentaires imposées à l’établissement (financement du déficit de la sécurité sociale,  revalorisation indiciaire , reclassement des personnels, prime de mobilité pour le personnel médical , rachat des études  etc. ..). La représentante de la commune de Bouguenais avait également fait lecture du vœu présenté par les élus de la ville en soutien à la communauté hospitalière du CH Daumézon et demandant à l’ARS le rétablissement de la situation financière de l’établissement.

La présidente du Conseil de Surveillance (CS) avait alors proposé d’envoyer un courrier à l’ARS afin de relayer l’appel des salariés. Par ailleurs le directeur et le président de CME avaient un rendez-vous à l’ARS prévu en juillet où les questions soulevées devaient être abordées

Et alors …

Au CS de ce jour 18 octobre 2017, aucune réponse écrite de l’ARS… enfin aucune réponse à nous simples salariés de l’hôpital ! (Voir ici « Le silence glacial de l’ARS »). Mais la commune de Bouguenais nous avait transmis la réponse de l’ARS à son vœu (voir ici, point 3.). Le directeur l’a mentionnée, rectifiant au passage l’inexactitude d’un des arguments avancés par l’ARS (sur-dotation prétendue de l’établissement alors que dans la publication des derniers documents de l’ARS elle-même, le CH Daumézon est sous-doté par rapport aux autres).

Mais bon, on ne va quand même pas dramatiser car le rendez-vous avec la responsable de la psychiatrie à l’ARS a eu lieu : les inquiétudes de la communauté hospitalière ont été évoquées, ainsi que le plan de retour à l’équilibre et la demande des 82000€ annuels pour rééquilibrer le financement de l’hôpital. M. Le Directeur précise qu’un « accueil favorable à affiner » (sic) a été réservé au projet de regroupement des structures de l’Ile à Hélice, de Beaulieu et des Chalonnières (pour un coût prévisionnel de 2,5 millions d’euros) ainsi qu’à l’actualisation du projet médical du SHIP  (ouverture en 7/7 de l’unité Horizon et augmentation de 2 lits  sous réserve d’une  dotation de moyens et d’un aménagement architectural). Un message fort a cependant été réaffirmé à l’ARS : tout projet doit faire l’objet d’une concertation avec l’ensemble des partenaires sanitaires et médico-sociaux.

Bref que comprendre de tout cela ? On ne sait pas vraiment car maintenant il faut attendre les réponses à toutes ces demandes. Jusqu’à quand ? On ne sait pas non plus (décembre peut-être car c’est souvent le 24 à 19h33 J que la distribution des fonds de tiroir de l’ARS est notifiée aux établissements).

On peut peut-être rappeler que dans une autre vie, cette même personne de l’ARS réservait un « accueil très favorable » au projet de soin de l’unité Nausicaa qui a néanmoins été… favorablement fermée ! Au point qu’aujourd’hui, le gouffre concernant l’accueil des ados sur le département se creuse encore un peu plus. Pas grave, on n’a qu’à prendre trois places sur l’Hôpital de Jour de Gorges, c’est des marmots, ils n’y verront que du feu !!! Et puis ce n’est quand même pas comme s’il y avait des enfants en liste d’attente à Gorges. Rappelons quand même qu’au CS du mois de juin, notre directeur avait affirmé que les projets concernant la pédopsychiatrie auraient un financement de l’ARS et ne se feraient pas par redéploiement … Tiens donc !

Télécharger le tract ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *