Dans les rues, dans les facs, sur la ZAD : halte à la répression !

Dans la rue, dans les facs, sur la ZAD, halte à la répression !

jeudi 12 avril 2018

L’Union Départementale CGT de Loire Atlantique ne peut rester sourde au déchainement de violence qui a lieu depuis 4 jours maintenant sur le site de l’ex projet d’aéroport à NDDL.

La décision d’intervention pour déloger des occupants doit respecter le droit certes mais aussi l’intégrité humaine. Ce déploiement militaire est sans précédent en France depuis des décennies, avec 2500 militaires, des véhicules blindés, des drones, hélicoptère et des engins de génie civil.

Comme nous l’avons affirmé depuis des années, l’usage de la force n’est pas une réponse pertinente pour sortir par le haut d’un projet mal pensé, que le gouvernement lui-même a décidé de stopper.

L’utilisation d’armes détonantes très puissantes, de flashball, de grenades de désencerclement à outrance fait peser le risque d’un nouveau drame. La volonté est de marquer les corps : c’est intolérable et potentiellement criminel.

Ce ne peut être une réponse ni valable ni légitime pour arriver à des objectifs qui ne sont pas clairs.

Les charges et violences contres des manifestants pacifiques donnent le sentiment d’un aveuglement qui porte en lui la volonté d’anéantir les revendications quelles qu’elles soient.

Cette méthode qui sévit aussi dans les universités, devant les lycées, dans les manifestations syndicales est la marque d’un pouvoir autoritaire qui entend se passer de tout débat démocratique.

Les interventions policières pour museler le mouvement étudiant, qui est en devenir contrairement aux propos minorants du président, marque la peur du pouvoir d’un puissant mouvement de la jeunesse qui pourrait fédérer de larges pans de la contestation aux politiques de destruction de notre modèle social solidaire.

La force n’a pas sa place dans les lieux de savoir et d’émancipation. Elle n’a rien à faire non plus dans la rue où le droit de manifester est contesté comme jamais, à Nantes notamment.

Les associations de défenses des libertés mais aussi les médias relayent désormais la présence de dispositifs policiers surdimensionnés et des interventions violentes, inadaptées au maintien de la paix.

La surenchère de la tension est une stratégie qui vise à décrédibiliser les luttes.

C’est le choix qu’à fait le pouvoir politique en place. Cette intransigeance engendre inévitablement des réactions, dans le camp des opposants, qui servent ensuite à légitimer par les pouvoirs publics un usage encore plus important de la force.

Cette spirale est dangereuse. Elle sert à opposer les populations, les générations, les salariés. Elle mène à attiser les haines et les passages à l’acte de groupes violents d’extrême droite, décomplexés par un aval implicite de l’Etat.

La CGT demande l’arrêt immédiat des violences sur la ZAD comme sur tous les lieux de luttes des jeunes et des salariés, et le retour à l’état de paix civile et de débat contradictoire.

Article original

Nantes le 12 avril 2018

FN, imposture sociale – Manifestation à Nantes le 25 février

FN, imposture sociale – Manifestation à Nantes le 25 février

Il est de la responsabilité du syndicalisme de combattre la stratégie de ceux qui cultivent le rejet de l’autre et la division des salariés, pour mieux cacher leur incapacité à tracer des perspectives d’avenir et de justice sociale.

Le collectif nantais de refus des extrêmes-droites et de ses idées appelle à une MANIFESTATION d’opposition à la venue de la candidate du FN à l’élection présidentielle à Nantes. Nous refusons la possibilité de l’arrivée d’une extrême droite au pouvoir.

RDV le 25 février – 15h00 – croisée des trams à Nantes

Plus d’infos : ICI


Le Collectif :

Des organisations syndicales, des associations et des partis politiques ont décidé de mener une campagne contre l’extrême droite et des idées. Ils appellent à manifester à Nantes, samedi 25 février, veille du meeting de Marine Le Pen au Zénith.

Il y a des associations : La Ligue des Droits de l’Homme, la Fnasat (Fédération nationale des associations solidaires d’actions avec les Tsiganes et gens du voyage), le Dal, Le Mrap (Mouvement contre racisme et pour amitié entre peuples). Des syndicats : la CGT, Solidaires, l’Unef. Et des partis politiques : Ensemble, le NPA, le PCF.

Tous ont décidé de monter un collectif « pour lutter contre les idées de l’extrême droite ». « Nous souhaitons agir dans la durée pour détricoter les idées du Front National et plus globalement de l’extrême droite », explique-t-on à la Ligue des droits de l’Homme.

Suite (article Ouest France)

 

Meeting de rentrée à Nantes avec Philippe Martinez, Jean-Claude Mailly, Bernadette Groison, Eric Beynel et William Martinet

Meeting de rentrée à Nantes avec Philippe Martinez, Jean-Claude Mailly, Bernadette Groison, Eric Beynel et William Martinet

La rentrée sociale se fera à Nantes le 07 septembre.

Grand meeting public aux Machines de l’Ile (attention changement de lieu)- 17h45

Les premiers responsables (Philippe Martinez pour la CGT, Jean-Claude Mailly pour Force Ouvrière, Bernadette Groison pour la FSU, Eric Beynel pour Solidaires et William Martinet pour l’UNEF) des 5 principaux syndicats opposés à la loi Travail animeront un meeting commun. Ils seront accompagnés de représentant-es de Solidaires et de l’UNEF (étudiant.es).

Nantes et le département de Loire Atlantique ont été à la pointe du mouvement d’opposition contre la loi Travail de mars à juillet.

Après une pause estivale, c’est de Nantes que repartira la contestation qui gagnera tout l’hexagone lors de la journée nationale de mobilisation du 15 septembre.

Après l’adoption de la loi cet été, un seul mot d’ordre : abrogation de la loi Travail !

[Lire la suite]