Les news de l’été

1. Santé mentale. Violences au-dessus d’un nid de coucou. C’est presque devenu banal de le dire, la psychiatrie va mal ! Cet article de fond de l’Humanité du 8 août nous le rappelle : drame au couteau au CHS de Rouffach, annonce de 20 fermetures de lits, nombreux acteurs en santé mentale interviewés… et un rappel, « depuis les années 80 le nombre de lits en services de psychiatrie a été diminué de moitié pour atteindre 65 000 ».
Lire l’article :             en PDF                       sur le site

2. « Mobiliser les hôpitaux psychiatriques, et les psychiatres libéraux » pour… lutter contre le terrorisme !!! Ca, cette perle somptueuse, c’est à Monsieur Gérard Collomb, Ministre de l’Intérieur, qu’on la doit. Ben voyons ! Ce n’est quand même pas sous prétexte que la psychiatrie ne peut plus remplir ses missions, qu’on va se priver de lui en coller de nouvelles, même les plus fantasques ! Nous connaissions déjà l’équation magique Malade = délinquant sous Sarkosy. Voilà qu’arrive la stigmatisation nouvelle mouture : Malade = terroriste. On n’arrête pas le progrès. Lire le très bon article d’Alexandre Decroix (LCI, 22/08/17) et la réponse du professeur Llorca (« La loi oblige déjà au signalement d’un individu dangereux »).

3. A Daumézon, rien de bien nouveau : un été chaud-chaud-chaud, des effectifs au cordeau, des fiches violence en veux-tu en voilà… mais rassurons, l’ARS s’en occupe… à sa manière ! Elle a répondu avec le doux humanisme qu’on lui connaît à la mairie de Bouguenais qui avait soutenu l’Appel des salarié.es (ICI) et ses 350 signatures.
Et voilà qu’on découvre qu’on avait tout faux. Même à la Chambre Régionale des Comptes (CRC), ils n’y connaissent rien ! Le plan de financement de la reconstruction n’est pas la cause de notre déficit. En vrai, c’est tout la faute à qu’est-ce qu’on dépense trop si on n’a plus de sous. C’est pourtant simple.
Citation : « Les difficultés budgétaires de l’établissement ne résident pas dans les charges engendrées par l’investissement mais plutôt dans le poids trop élevé des charges courantes. La faiblesse des taux de marge brute et sa baisse depuis 2015 en sont l’illustration. »
Devinette : 85 % des charges courantes en psychiatrie, c’est du personnel qualifié. Pour réduire les charges courantes, il faut donc taper dans… ? Dans… ? (Un mois de cotisation syndicale offerte à qui trouve la réponse le premier 🙂 )

4. Jour de Carence : le gouvernement s’apprête à rétablir le Jour de Carence pour la fonction publique. Excellent article sur le site de la CGT du CHU de Montpellier (ICI)

Tout ça pour vous dire que le 26 septembre, va falloir qu’on se bouge !

(Lien)

Et le 12 septembre, contre la régression sociale à la sauce Macron :

(Lien)

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *